Enjamber l'horizon

De Poitiers au Pacifique à vélo

Mois : avril 2010

Sur les premieres pistes de Russie.

Photos de Riga a Saint-Petersbourg

Premiers tours de roues en Russie

Enfin, nous éprouvons la Russie !!!

Arrivée le 27 avril à Iaroslavl, après 7 jours de voyage qui nous ont donné un premier aperçu pittoresque et rural.

Pour commencer, les routes. « Vaste sujet », nous diront ceux qui les ont déjà parcourues. Les grandes routes ne sont pas les meilleures. L’accumulation des galettes de bitume, ces rustines de goudron, les rend aussi chaotiques que lorsque les nids de poules y demeurent. Cela « s’organise » par portion de quelques kilomètres, alternant entre le plus lisse et large asphalte, digne des routes allemandes, et l’étroit chaos où les camions risquent leurs essieux. Les routes secondaires sont moins empruntées et donc en meilleure santé. Elles valent les petites routes de nos campagnes profondes. Mais dès qu’il s’agit de passer d’un oblast (région) à un autre, le goudron s’interrompt pour laisser place à la piste de terre. Les conditions météos de ces derniers jours les ont rendues particulièrement « intéressantes ». Nous les avons vues boueuses, gelées, sablonneuses, caillouteuses… parfois, mieux valait marcher que pédaler ! La diversité des routes compense celle du paysage : forêt, forêt, forêt ! Et ce n’est que le début !

Pour en revenir à la météo, notons qu’en l’espace d’une heure nous avons pu voir de la grêle, du soleil, de la neige, de la pluie et encore du soleil. Un véritable festival météorologique assez déstabilisant.

Les russes ne manquent pas d’hospitalité. Nous avons seulement planté la tente une fois. Les autres nuits, nous avons profité d’un wagon dans l’enceinte d’un monastère orthodoxe, d’une datcha, de la compagnie du vieux Victor et de la générosité d’un couple d’arménien.

Maintenant nous sommes à la « Maison de l’Amitié Poitiers-Iaroslavl ». Pour ceux qui ne le sauraient pas, ces deux villes sont jumelées depuis 1970. Cette Maison de l’Amitié est un petit bout de Poitiers en Russie. Olga, la directrice, Nadia et Nastia nous y ont accueillis. Nous avons pu découvrir une ville en travaux à la veille des fêtes du millénaire de la cité. Les quais de la Volga rivaliseront bientôt avec la Promenade des Anglais.

Ce n’est que le début de la Russie et cela nous présage d’intenses moments d’existence que nous prendrons plaisir à partager. Merci pour vos commentaires.

Centre Presse – 20 avril 2010

Un article a été publié dans Centre Presse le 20 avril 2010 lors de leur arrivée à St Pétersbourg.

Cliquez ici pour retrouver l’article en ligne sur le site de Centre Presse

Saint Petersbourg

Nous voilà dans la ville des Tsars depuis hier soir.

Depuis Riga, nous avons traversé la Lettonie en longeant les bords de la mer Baltique. La vision des glaces qui y flottaient nous a dissuadé d’y tenter la baignade mais pas la séance photo! Les grands plateaux baltes et la route sponsorisée par l’Union européenne nous ont permis d’avancer assez vite. A Tallinn, la capitale estonienne, nous avons profité du centre médiéval avec ses petites rues pittoresques et ses fortifications.
La destination suivante fut Narva, la ville frontalière avec la Russie. Nous nous y sommes rendus en traversant de grandes forêts de conifères et de bouleaux et en suivant les falaises qui tombent dans la mer de Finlande.

C’est une frontière impressionnante puisque deux châteaux-forts s’y font face et qu’entre les deux coule un fleuve torrentiel et boueux. Le passage ne fut pas trop compliqué. Sortir de l’Union Européenne ne fut pas un problème, mais l’entrée en Russie fut un peu plus longue. Le poste frontière surchauffé ne sentait pas la joie de vivre! Il a fallu remplir quelques papiers, regarder la douanière en face pendant qu’elle vérifiait le passeport, puis se soumettre au contrôle d’une seconde douanière et enfin franchir la porte du poste. NOUS SOMMES EN RUSSIE !!! La ville de ce coté du fleuve s’appelle Ivangorod et c’est après la visite du château que nous reprenons la route en direction de Saint-Petersbourg. Le soir même, François utilise ses notions de russe. Nous sommes chaleureusement accueillis dans une datcha, une maison de campagne, d’un couple petersbourgeois. Nous sommes installés dans le bagna, le sauna, pour la nuit. On nous offre le repas et le thé.

Après une matinée passée sous la pluie et les rafales de vents, nous arrivons dans la grande ville de Saint-Petersbourg où vivent 4,5 millions d’habitants. Nous passons l’après-midi à nous approcher du centre ! Nous logeons chez Lena que nous avons contacté par un site Internet de personnes acceptant d’offrir leur hospitalité. Elle nous a déjà fait faire un tour du centre historique de la ville. Une première partie de notre rêve s’est aujourd’hui réalisée : nous venons de rentrer dans Saint-Petersbourg à vélo! Nous allons mettre les jours qui viennent à profit pour nous reposer, visiter et préparer la suite de notre itinéraire.

La Nouvelle République – 13 Avril 2010

La Nouvelle République, édition de la Vienne, continue de suivre l’avancée d’Alexis et François (arrivés aujourd’hui à Tallinn) en publiant régulièrement de leurs nouvelles dans les pages Carnet de Voyage. Voici l’article paru dans La nouvelle République :

La Nouvelle République - 13 avril 2010

Retrouvez l’article au format PDF en cliquant ici

Riga, nous voila !

Alors que nous vous avions laissés à Kaunas, en Lituanie, il y a trois jours maintenant, nous vous retrouvons ici depuis la capitale lettone. Il nous aura fallu deux jours pour parcourir les presque 300 kilomètres qui séparent les deux villes.

La première journée, nous avons abattu 110 kilomètres, crevé la roue arrière de Bucéphale, vers 18h, et trouvé l’hospitalité pour la nuit. Et oui, nous vous avions caché que nos vélos portent des noms depuis la France. Les élèves de sixième qui suivent notre projet nous ont proposé Frangase et Bucephalexis. Nous avons choisi Pégase et Bucéphale, puisqu’une fois chevauché, nous formons le duo répondant aux noms choisis par les élèves.

Avec seulement deux mots de letton (bonjour et tente), quelques gestes et de la débrouillardise, nous avons été accueillis dans le jardin des propriétaires d’une entreprise de pisciculture. Casimir nous a proposé de dormir à l’abri. C’est donc bien reposés que nous avons pu parcourir le lendemain les 175 kilomètres qui nous attendaient jusqu’à Riga. Le terrain était bien plat, la route très bonne et le vent absent. Conditions idéales. Cela représente 8h passées à pédaler à 22 kilomètres de moyenne. Bien que ne recherchant pas la performance, nous ne pouvons vous cacher que ce genre de défis, un peu idiot peut être, nous plait !

Article polonais – Czas Ciechanowa – 8 avril 2010

François et Alexis ont fait l’objet d’un article de presse le 8 avril dernier dans le journal polonais « Czas Ciechanowa ».

Article en une du journal polonais "Czas Ciechanowa" paru le 8 avril 2010

Voir la page de une du journal « Czas Ciechanowa » au format PDF

Lire la suite »

Kaunas, la porte des pays Baltes.

C’est sous un ciel gris et une petite bruine que nous sommes arrivés hier a Kaunas.  Deuxième ville  du pays après Vilnius, la capitale, cette ville de 350 000 habitants est située a la confluence des deux plus gros fleuves de la Lituanie.

Nous voila ainsi dans les pays Baltes, plus très loin de la Russie. Cette idée nous enchante et nous avons du mal à réaliser que notre rêve prend forme jour après jour. Nous sommes arrivés en Lituanie sans aucune idée de ce qui allait nous y attendre. Nous ne connaissions rien. Ni la langue, ni la monnaie, ni les paysages… Le passage de la frontière s’est fait une fois de plus sans aucun contrôle. L’Espace Schengen est bien une réalité.

Le lendemain de Plock, nous avons été accueilli dans une ferme. La générosité et l’accueil des polonais a été excellent, sur toute la durée de notre traversée polonaise. A chaque fois, on nous accueille de manière spontanée, sans hésitation. Et quand on vous invite a boire le café, deux minutes après être arrivé, il faut traduire par café : thé, repas, et soirée ! Et le lendemain matin, ce sont des petits-déjeuners gargantuesques qui nous sont proposés. Soit du Bigos, la spécialité nationale (sorte de choucroute), soit des pâtisseries succulentes dont les polonais peuvent s’enorgueillir. Les différences de langues s’estompent en ayant recours à l’anglais. Il nous est arrivé une fois de converser avec notre hôte en utilisant Internet via un site de traduction. Tout notre échange s’est alors fait à l’écrit, dans un silence surprenant.

La Lituanie est rentrée dans l’Union Européenne il y a 6 ans, en 2004. Nous voyons partout des panneaux avec le logo de l’UE, preuve que le développement du pays passe par les programmes d’entraide européens. Nous vous en dirons un peu plus sur ce pays quand nous l’aurons traversé. Il est trop tôt encore pour vous en parler, bien que nous n’y resterons pas longtemps. Les pays Baltes sont petits et les frontières vont s’enchainer jusqu’en Russie.

Les jambes supportent les cents kilomètres quotidiens et le moral est plus clair que le ciel. François révise ses cours de russe en pédalant et Alexis apprend les dix mots de lituanien indispensable (bonjour, au revoir, oui, non …)

les photos de Pologne

<embed type= »application/x-shockwave-flash » src= »http://picasaweb.google.com/s/c/bin/slideshow.swf » width= »600″ height= »400″ flashvars= »host=picasaweb.google.com&captions=1&noautoplay=1&hl=fr&feat=flashalbum&RGB=0×000000&feed=http%3A%2F%2Fpicasaweb.google.com%2Fdata%2Ffeed%2Fapi%2Fuser%2F109700841351651646801%2Falbumid%2F5455568276099226817%3Falt%3Drss%26kind%3Dphoto%26hl%3Dfr » pluginspage= »http://www.macromedia.com/go/getflashplayer »></embed>